By Aron van Ziel

L’aviation est le moyen de transport le plus sûr au monde. Cela s’applique aux gros avions comme aux plus petits. Non seulement les aéronefs sont maintenus en parfait état, mais les pilotes suivent une formation extrêmement exigeante avant d’être promus en tant que commandant de bord. Le seul facteur qui échappe au contrôle des taxis aériens est la météo aéronautique et s’ils dépendent davantage aux conditions météorologiques que les plus gros avions. C’est ce que nous allons tenter de répondre ci-dessous.

Météo aéronautique et vols privés

Les avions privés dépendent davantage des conditions météorologiques que les gros avions commerciaux. Il est impossible de garantir à 100% que votre vol ne sera pas retardé ou annulé. En moyenne, le nombre de retards ou d’annulations de vols pour les compagnies aériennes traditionnelles est d’environ 4%. Pour les plus petits avions privés de type Cirrus SR22, ce pourcentage est d’environ 6-7%.

En cas de mauvaise météo, l’équipe de l’opérateur aérien peut s’adapter et préparer un plan alternatif pour le vol la veille du départ. Par conséquent, la météo aéronautique est évaluée en permanence. Le service opérationnel analyse la météo et reste en contact avec le pilote pendant tout le vol. Si les conditions météorologiques changent, cela est immédiatement évalué et le plan de vol est ajusté si nécessaire.

Le plus souvent, on nous demande si les conditions météorologiques ont un impact sur nos aéronefs et nos opérations puisque nous opérons avec de petits aéronefs. Ci-dessous, nous listons comment les conditions météorologiques peuvent influencer les vols et comment Fly Aeolus gère cela.

VFR

Le VFR (Visual flight Rules), ou les Règles de Vol à Vue en français, définissent la réglementation concernant les vols sans instruments. Fly Aeolus dessert 1600 aéroports, dont un grand nombre sont certifiés VFR. Ces aéroports peuvent avoir une piste en béton ou en herbe. L’approche ou le décollage ne peut avoir lieu que de jour, lorsque la visibilité est bonne et la météo aéronautique favorable.

Conditions météorologiques au dessus de Rotterdam

En cas de couverture nuageuse trop basse ou de brouillard, il n’est pas possible d’atterrir dans ces aéroports. L’avion sera donc dans l’obligation d’atterrir dans un aéroport certifié IFR (Instrumental Flight Rules), Règles de Vol avec Instruments en français. Ces aéroports sont équipés d’instruments d’atterrissage qui permettent un atterrissage IFR en toute sécurité, même en cas d’intempéries.

Conditions météorologiques difficiles et sombres

L’avantage des aéroports VFR est qu’ils sont souvent bien plus proches de votre destination finale. Comme il s’agit souvent de petits aéroports, l’avantage supplémentaire est que vous n’avez pas de temps d’attente au poste de sécurité ou à la douane.

Pourtant, les trajectoires de vol de Fly Aeolus se déroulent toujours selon les règles de Vol avec Instruments, même par beau temps. Ceci nous permet d’effectuer des atterrissages dans des aéroports certifiés VFR et IFR, et de rajouter une couche supplémentaire de sécurité !

IFR

Dans des conditions de Vol avec Instruments, la visibilité peut être inférieure à celle des conditions de Vol à Vue. Cela nous permet d’effectuer des vols avec une visibilité moindre et d’augmenter les possibilités de trajectoire. Le pilote peut voler entièrement grâce à ses instruments. La hauteur du vol a toujours lieu au niveau de vol 100, qui est égal à 10 000 pieds ou environ 3 000 mètres (3 km).

Conditions météorologiques nuageuses

Les montages

L’altitude de vol moyenne au-dessus de montagnes est de 3 km. Si les sommets sont très hauts, nous montons à une hauteur de vol plus élevée. Cette altitude est déterminée lors de la préparation du vol en même temps que l’évaluation de la météo aéronautique.

Conditions météorologiques d'un vol privé

Le gèle

En fonction de l’altitude de vol et des conditions météorologiques, de la glace peut s’accumuler sur l’avion, car la température diminue avec l’altitude. S’il fait 20 degrés au sol, la température en altitude peut être aux alentours de zéro. L’accumulation de glace affecte les performances de l’aéronef. Le service des opérations et le pilote sont tous conscients de ce phénomène et agissent en conséquence.

Lorsque trop de glace s’accumule, une altitude de vol plus basse est sélectionnée. S’il y a encore de la glace sur l’avion, le Cirrus SR22 dispose d’un système thermique qui peut la faire fondre.

Le vent

Le vent est toujours un facteur important dans les opérations aéronautiques car un avion doit toujours atterrir face au vent. Tant que la force du vent reste dans les limites techniques de l’aéronef, un vent latéral ne pose pas de problème. Si les conditions météorologiques ne sont pas favorables, le service opérationnel peut, en concertation avec vous et le pilote, choisir de voler depuis ou vers un autre aéroport où le vent est plus favorable.

Grêle et orages

La grêle et le tonnerre sont des conditions dangereuses pour un avion, aussi bien pour les petits que pour les gros. Ces conditions météorologiques sont donc toujours évitées. Si un orage ou une tempête de grêle est prévu, le pilote peut ajuster le cap pour contourner les intempéries.

Le service opérationnel de Fly Aeolus surveille de près la météo aéronautique pour s’assurer que votre vol se déroule comme prévu. Dans la mesure du possible, l’itinéraire ou le plan sera ajusté pour permettre un vol en toute sécurité, dans les meilleures conditions météorologiques possibles.

Voulez-vous en savoir plus? Envoyez-nous vos questions à info@flyaeolus.com.