By Stefaan Ghijs

Posséder et utiliser un avion privé peut être coûteux. Lorsque nous travaillons avec nos clients, nous analysons toujours comment générer un retour sur investissement (RSI) pour leur nouvel actif. Il existe plusieurs options disponibles, mais ces options dépendent d’une multitude de facteurs différents (base d’attache, type d’avion, portée, disposition de la cabine, etc.). Le facteur le plus important reste la disponibilité de l’avion. En soit, combien de jours l’avion reste-t-il dans votre hangar sans être dans les airs. Car, plus votre avion est disponible, plus il peut être utilisé par une tiers partie pour générer un retour sur investissement (RSI).

Il existe de nombreuses façons de générer un retour sur investissement (RSI) sur votre avion. Nous décrivons ci-dessous les 3 options les plus courantes. 

Location d’avion privé

La location d’avion est principalement effectuée par des propriétaires d’avions monomoteurs qui souhaitent réduire leurs coûts d’exploitation. Cependant, cela comporte le risque que les locataires ne traitent pas votre appareil de la même manière que vous. Nous avons d’ailleurs entendu de cas où les locataires écrivaient la fréquence de la tour de contrôle sur le siège en cuir de l’appareil car ils n’avaient pas de papier avec eux!

La location devrait être bénéfique pour les deux parties, mais ce n’est pas toujours le cas. D’un côté, vous pouvez économiser des frais d’exploitation. De l’autre, le risque lié à la dégradation de votre l’appareil du la la négligence des locataires. Après tout, l’etat les voitures de location après une période d’utilisation en dit long sur la mentalité de certains locataires.

Affrètement d’avions privés

Si vous êtes propriétaire d’un jet privé, vous pouvez ajouter votre avion au Certificat de Transport Aérien (CTA) d’une compagnie charter. Ce CTA est une approbation accordée par l’Autorité Nationale d’Aviation Civile qui permet à un exploitant d’utiliser des avions à des fins commerciales. Vous pouvez ajouter votre avion à leur CTA, les autorisant à effectuer des vols rémunérés avec votre appareil. Ceci vous permet de générer un retour sur investissement (RSI) en tant que propriétaire.

Gardez en tête que vous paierez tout de même des frais de mise en œuvre à l’exploitant car il doit ajouter votre avion à son CTA (et CAMO) et l’introduire dans son system. Vous payerez aussi des frais mensuels de gestion. En contre partie, ils s’occuperont de l’équipage, de la formation, des réservations de vol etc. A titre d’exemple, pour un Cessna Citation CJ1, vous paierez environ 3000,00€ / 3500,00€ par mois. Même alors, l’opérateur ne peut garantir un nombre fixe d’heures de vol.

Avant de vous engager auprès d’un opérateur, vous devriez consulter sa flotte. Si vous aimeriez ajouter un Cessna Citation CJ1 à un CTA, mais qu’il en a déjà 3, votre avion sera moins utilisé. La plupart des exploitants préfèrent utiliser d’abord leur propre avion (qui n’appartient pas à un tiers) car le profit de leur propre flotte est plus élevé.

La propriété fractionnée

Il existe plusieurs entreprises qui proposent différents types de programmes de copropriété. Ces sociétés ne proposent pas de vols commerciaux mais effectuent des vols sous réglementation privée. Certains exploitants n’accepteront pas tous les types d’avions: il préfèrent garder une flotte homogène ou avec peu de types d’appareil. Par exemple, certains opérateurs utilisent une flotte de Pilatus PC12, Piper PA46 et Cirrus SR22. Ces opérateurs ont tous une vision commune: l’évolutivité. Parce qu’il existe plusieurs programmes / compagnies de copropriété différentes, les exigences sont très diverses. Le mieux est de chercher une compagnie de copropriété qui correspond le mieux à votre type d’avion et à vos besoins personnels.

Donc, si vous souhaitez réduire une partie de vos frais d’avion, il existe plusieurs options. Faites le calcul et voyez si cette méthode de retour sur investissement serait bénéfique pour vous.